Top

Anaïs vous raconte son week-end dans les rizières en terrasse de la région de Pu Luong. Cette réserve naturelle située au Nord du Vietnam est préservée du tourisme de masse et a gardé son authenticité. Suivez-la dans ses aventures !

Cette année, le mois de février à Hanoi a été particulièrement frais et pluvieux. Moi qui aime tant partir explorer le pays, cela fait plusieurs semaines que je n’ai pas quitté la capitale du pays. Aussi, lorsqu’un weekend ensoleillé est enfin annoncé début  mars, je  m’empresse de réserver un billet de bus en direction de Pu Luong, une réserve naturelle à quelques heures de Hanoi. D’après plusieurs témoignages d’expats rencontrés depuis mon installation ici, la réserve de Pu Luong au Vietnam est l’un  des plus beaux endroits du nord du pays, et le lieu idéal pour admirer les rizières en terrasse à l’écart des circuits touristiques classiques. Le riz étant planté après le fête du Tet et récolté au printemps, les rizières devraient normalement déjà être bien vertes en ce mois de mars.

Le samedi matin de bonne heure, armée de mon sac à dos et de mes chaussures de randonnée, je grimpe donc sur un taxi moto en direction du vieux quartier de Hanoi. Etant un peu en avance, je décide d’attendre le bus en dégustant un petit déjeuner traditionnel vietnamien, assise sur les fameux tabourets bleus en plastique sur le trottoir : cà phê đá (café glacé) et banh mi (sandwich local).

Une fois installée dans le bus, une navette tout confort, je profite des paysages. La ville, son agitation et son flot incessant de scooters, laisse peu à peu place à la campagne. Après 2h de route, à l’approche de la province de Hoa Binh, le paysage est superbe : les montagnes apparaissent dans le panorama. Leur ascension est spectaculaire, offrant de nombreux points de vue sur la vallée de Mai Chau et ses rizières. La dernière heure de route constitue le clou du spectacle et laisse présager qu’on ne m’a pas menti sur la beauté de la réserve naturelle de Pu Luong. Une petite route escarpée, à flanc de montagne, slalome dans la forêt. D’un coup, au détour d’un virage, apparaissent enfin les tant attendues rizières en terrasse.  Elles entourent la route et offrent de superbes nuances de vert, accentuées par les rayons de soleil.

Arrivée à l’hôtel, un petit lodge de charme constitué de cabanes surplombants les rizières en terrasse, je commande des spécialités locales pour déjeuner face au panorama : poisson de rivière, salade de fleurs de bananes, bouillon, légumes divers, fruits frais et, bien sûr, du riz. En fin de journée, quand le soleil commence à baisser, je pars explorer les alentours. C’est généralement à ce moment-là que les rizières sont les plus actives : les riziculteurs travaillent leurs terres lorsque la chaleur est un peu retombée. A une centaine de mètres de l’hôtel, je découvre un paysage saisissant : des rizières en terrasse à perte de vue, baignée de cette lumière si particulière de fin de journée. De partout, hommes et femmes travaillent dans les rizières. Je reste un long moment à flâner et prendre des photos. Après un diner de mets locaux, il est temps de se coucher car une journée de trek m’attend le lendemain.

Pour ce deuxième jour, j’ai réservé les services d’un guide local pour me faire découvrir la région. Nous partons donc à pieds, de bonne heure, avant qu’il ne fasse trop chaud. Nous repassons par les rizières observées la veille, puis empruntons un petit chemin dans la forêt pour descendre dans la vallée, où se trouvent plusieurs villages traditionnels. Le guide m’explique la vie dans ces villages, rythmée par le soleil et les saisons. On y voit de nombreuses maisons sur pilotis, habitat traditionnel des membres de l’ethnie Thai. La promenade se poursuit entre rizières et villages, jusqu’à rejoindre une cascade en escalier, dans laquelle il est possible de se baigner.

Nous prenons une longue pause pour déjeuner chez l’habitant, puis reprenons notre chemin pour rejoindre une autre partie de la vallée, accessible en traversant une forêt de bambou. En sortant de la forêt, ce sont de superbes rizières qui s’offrent à la vue. Un peu plus loin, nous apercevons d’étrange installations. En se rapprochant, on découvre qu’il s’agit en réalité de moulins à eaux, utilisés pour récupérer l’eau de la rivière en contrebas et irriguer les rizières : un système ingénieux et propre à la région. De partout, les rizières commencent à prendre vie tandis que hommes et femmes reprennent leur long et fastidieux travail pour les entretenir. Pour nous, il est l’heure de rentrer à l’hôtel et de reprendre le bus, après un weekend dépaysant et ressourçant.

Les rizières de Pu Luong au Vietnam auront été une très belle découverte. Si les paysages sont superbes, c’est aussi l’atmosphère générale qui y règne que j’ai particulièrement appréciée. La région est encore assez préservée du tourisme, il y a peu d’hôtels ou de commerces et le calme règne. Un séjour à Pu Luong promet une vraie bouffée d’oxygène et d’authenticité.

Lorsque l’on veut découvrir les rizières en terrasse au Vietnam, on pense immédiatement à Sapa. Il est vrai que là-bas les rizières sont également très belles, et les terrasses sont plus grandes. Toutefois, la région est devenue extrêmement touristique et a malheureusement perdu toute authenticité. Je trouve personnellement qu’un séjour à Pu Luong au Vietnam a beaucoup plus de charme et permettra une immersion bien plus authentique. A tous les voyageurs qui souhaitent contempler les rizières en terrasse, je vous conseille donc vivement de passer quelques jours dans la réserve naturelle de Pu Luong au Vietnam. Et pour encore plus d’authenticité, avant cela, pourquoi ne pas vous immerger quelques jours chez l’habitant dans un des villages traditionnels de la région de Hoa Binh ?